Blasphème ?

Publié le par Pasteur Robin REEVE

 

Je lis beaucoup de posts remplis de colère, voire de haine, depuis quelques jours - y compris de la part de chrétiens. Notamment certaines personnes accusent Charlie Hebdo (CH ci-après) d'être "coupables" des persécutions au Niger.

Posons les faits :
- CH produit une caricature de Mahomet (qui pleure, portant un panneau "Je suis Charlie" et qui dit que tout est pardonné),
- Beaucoup de musulmans sont choqués par ce "blasphème",
- Au Niger, des extrémistes s'attaquent aux intérêts français, brûlent des églises, centres culturels, etc. en référence à CH (pour la plupart n'ayant même pas vu le magasine incriminé),
- Mais beaucoup de responsables religieux musulmans au Niger défendent aussi les chrétiens.

Posons d'autres faits :
- Les chrétiens, par définition, "blasphèment" contre l'islam en confessant la divinité de Jésus, la Trinité divine, le salut par la foi... et que Mahomet est un faux-prophète,
- Les extrémistes musulmans persécutent depuis des décennies les chrétiens, les musulmans qu'ils considèrent infidèles, les animistes, etc.
Boko Haram, Daesh, etc. commettent crime contre crime au nom de l'islam depuis de longs mois, sans aucune référence à CH.,
- Ce n'est pas CH, mais bien des assassins fanatisés qui persécutent les personnes censées représenter l'Occident (dont les chrétiens).
Accuser CH d'être responsable des persécutions parce qu'ils se moquent de Mohamed induit les conséquences logiques suivantes :
- C'est justifier, au-delà de l'indignation compréhensible des musulmans, les meurtres et destructions au Niger,
- C'est en même temps enfermer tous les musulmans dans une fatalité qui leur ferait "logiquement" persécuter et tuer les non musulmans,
- C'est aussi donner du crédit aux attentats parisiens, vu que "c'est la faute à Charlie" d'avoir publié auparavant des caricatures (donc, tuer des journalistes, c'est "normal", puisque brûler des églises c'est normal !)
- C'est aussi engager un processus de soumission aux exigences d'une religion. Car, au-delà du rejet de la caricature de Mahomet, l'islam considère d'autres actions et paroles comme blasphématoires.
Ainsi, si CH est "coupable", les chrétiens sont alors aussi coupables de blasphème et devraient cesser de:
- représenter la personne de Jésus,
- prêcher Jésus parfaitement Dieu et parfaitement homme,
- prêcher la Trinité,
- annoncer l'Évangile de la Grâce,
- évangéliser les musulmans (puisque l'apostasie d'un musulman est digne de mort).
Évidemment, l'on peut ne pas aimer la manière de s'exprimer de CH, ne pas partager leurs idées, etc.
Mais le fait que CH puisse le faire - et notre système judiciaire permet de porter plainte contre eux si l'on estime qu'ils ont incité à la haine, etc. - nous garantit à nous, chrétiens ou tenants d'autres convictions - de "blasphémer" contre l'islam (c.-à-d. d'annoncer l'Évangile du Seigneur Jésus, vrai Dieu et vrai homme, crucifié pour nos péchés et ressuscité d'entre les morts).

Une autre suite logique de l'accusation rendant CH "coupable" des massacres :
- Cela justifierait que les chrétiens, quand ils sont choqués par des dessins qui insultent leur Dieu dans CH (et il y en a), puissent eux-mêmes aller tuer des journalistes et toute personne associée à la liberté d'expression - car ils ont désormais la formidable excuse de dire que "c'est la faute à Charlie".
Encore quelques remarques au sujet de ces accusations contre CH et sur la manière de traiter les infos : 
- J'ai surtout vu de la colère contre CH... et très, très peu de compassion pour les personnes persécutées (elles sont surtout brandies comme le support de la colère des posteurs - aucun appel sérieux à la prière pour eux). J'y vois le besoin irrépressible de surtout taper sur CH - en réaction au mouvement de foule qui a soutenu la liberté d'expression de CH (au passage, notons que dans la foule de dimanche 11 janvier, il y avait des panneaux "Je suis Nigérian", ce qui montre que bien des gens ont aussi protesté contre le massacre au Nigéria, contrairement aux messages accusateurs et faux que "tout le monde oublie les 2000 morts nigérians").
- Alors que bien des chrétiens rappellent à raison les massacres du Nigéria et les émeutes sanglantes du Niger, je n'ai vu chez aucun de ceux qui s'indignent la moindre ligne au sujet des 180 enfants pakistanais massacrés dans une école, il y a trois semaines... Des enfants musulmans, ça compte moins ? (Et je ne parle pas du silence assourdissant au sujet des 200 000 Algériens musulmans morts sous les coups des islamistes dans les années 1990, ou des civils Tchétchènes musulmans massacrés par la Russie peu après...). Cela résonne terriblement comme une victimisation unilatérale, où les chrétiens jouent le même jeu que les autres victimisations communautaires, qui ont en commun le fait de ne pas manifester de compassion pour les gens de "l'autre bord" (bien des pro-Palestiniens ne parlent que des victimes palestiniennes, bien des pro-Israéliens des victimes israéliennes... et passent leur temps à accuser les "autres" sans jamais procéder au moindre commencement d'une saine auto-critique). Je crois que c'est sous un autre angle que nous devons approcher ces faits dramatiques. Jésus nous a dit de ne pas seulement aimer notre prochain, mais aussi d'aimer ceux qui nous détestent. Au lieu d'accuser les "autres" (CH, les musulmans, les foules qui ont manifesté), du haut d'une propre-justice qui nous évite de nous remettre en question, pourquoi ne pas :
- Surtout, d'abord, exprimer notre compassion face à toutes ces horreurs ? Et une compassion qui ne se focalise pas seulement sur les "nôtres", mais sur toutes les victimes de persécutions ? Ce serait un véritable témoignage que les chrétiens pensent à autre chose qu'à eux-mêmes et à leurs intérêts (au Niger, il y a aussi eu des Français non croyants persécutés). Nos "ennemis" voient-ils que nous les aimons?
- Et, au-delà de cette expression publique, prier avec ferveur pour nos frères et soeurs persécutés (sans jouer le jeu macabre des comparaisons entre les drames - par exemple, 80 chrétiens sont condamnés à mort en Corée du Nord parce qu'ils avaient une Bible ; les chrétiens, les chiites et les yezidites syro-iraqiens sont toujours persécutés par Daesh, etc.)
- Soutenir les ONG qui viennent en aide aux victimes. Des ONG ne font pas le "tri" entre chrétiens et non chrétiens pour apporter leur aide.
Mes propres émotions sont diverses. C'est un réel combat pour moi de ne pas céder aux réflexes mauvais, d'essayer de suivre le chemin de la sagesse et d'amour que m'enseigne mon Seigneur. Mon éthique chrétienne m'interdirait de m'exprimer dans le style de CH

Mais je continuerai à "blasphémer" aux yeux de l'islam en proclamant que :
- Dieu est une substance et trois personnes, que Dieu le Fils s'est incarné,
 - qu'il est mort pour les péchés de ceux qui mettent leur foi dans son sacrifice, - qu'il est ressuscité comme chef de la nouvelle humanité- que la Bible seule est la Parole de Dieu, et que tout ajout à cette révélation est le fait de faux-prophètes (Mahomet y compris)- que tous les hommes sont appelés à se tourner vers Jésus le seul Seigneur, qui offre un salut gratuit à quiconque croit. Et je commets ici le "blasphème" que certains chrétiens reprochent à CH : je poste une image de Jésus, le prophète !

Christ lave les pieds des disciples

Christ lave les pieds des disciples

Si certains de mes frères et soeurs sont persécutés à cause de ma liberté d'exprimer mes convictions ; si moi-même je devais être le sujet d'une fatwa ; certains peut-être diront que c'est "ma faute". Pour moi, la seule faute sera celle des persécuteurs et des tueurs. Et ces fautifs-là, Jésus me demande de prier pour eux : 
"Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes." 
                                                                                                                                               (Matthieu 5:44)

Contact : Pasteur Robin REEVE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article