Thèse 30 - Les 95 Thèses de Martin Luther

Publié le par Pasteur Christophe Deville

INTRODUCTION

À présent, Martin Luther va s'adonner à une démonstration de théologie pratique qui nous permet de méditer sur nos intentions véritables.

THÈSE 30 « Nul n'est certain de la vérité de sa contrition ; encore moins peut-on l'être de l'entière rémission l ».

COMMENTAIRE :

La conversion n'est pas premièrement un acte sentimental. Il est difficile de connaître les véritables motivations de notre coeur. D'ailleurs, la Bible affirme que c'est l'Eternel qui sonde les coeurs.  Romains 8:27 : "et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l'Esprit, parce que c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints.

L'appréciation de l'état de notre propre coeur est donc très subjective. Aussi, il est encore plus subjectif, selon le modèle de pensée de la doctrine traditionnelle, d'avoir l'assurance que ; si c'est en fonction de cette contrition que nous pouvons recevoir le pardon, nous l'obtenions avec assurance. 

En résumé, notre assurance ne doit pas reposer sur une simple emotion et encore moins sur un sentiment. Elle repose sur notre expérience et un abandon entre les mains de Dieu, selon sa divine promesse de Salut.

Assurance du Salut

Assurance du Salut

Publié dans 95 Thèses

Commenter cet article