Thèse 41 - Les 95 Thèses de Martin Luther

Publié le par Pasteur Christophe Deville

Ein feste Burg ist unser Gott !

Ein feste Burg ist unser Gott !

INTRODUCTION

Dans la thèse 41, Martin Luther démontre le côté pragmatique de son approche. Il souhaite construire une piété sur la base de ce qui existe en confrontant cet existant avec la Parole de Dieu. Il procède ainsi afin d'apporter des "remédiations" (pas une révolution) à la pratique de la piété dans l'objectif de la faire cadrer avec les exigences de la Parole de Dieu. 

THÈSE 41 : « Il faut prêcher avec prudence les indulgences du Pape, afin que le peuple ne vienne pas à s'imaginer qu'elles sont préférables aux bonnes oeuvres de la charité ».

COMMENTAIRE :

Luther arrive sur les pas de Jésus en faisant le même constat que lui et se place ainsi sous sa bannière. Jésus-Christ donne l'exemple de 2 hommes qui viennent prier Dieu (Luc 18:9-14. L'un est collecteur d'impôts et l'autre est un religieux. Le religieux se pense juste car il répond aux règles de devoirs et d'interdits, donne le dîme de tous ses revenus tandis que le collecteur d'impots, conscient de ses tares et limitations implore la miséricorde et le pardon de Dieu. Luther, à son époque observe la pratique des indulgences (qui consistent à donner de l'argent à l'Église afin d'obtenir, via le Pape, le pardon de Dieu) et identifie le danger à négliger les oeuvres envers son prochain. Plus qu'un changement de comportement, c'est à un changement de mentalité auquel nous sommes invités.

Publié dans 95 Thèses

Commenter cet article