La Lithothérapie

Publié le par Pasteur Christophe Deville

 

 

1. Qu’est ce que la Lithothérapie. 

Il faut d’abord préciser que ce terme est récent. On l’utilise depuis moins d’une vingtaine d’années.

Elle se définit comme une médecine douce se basant sur l'énergie qu'est présumée émettre les minéraux et les cristaux. Ces énergies astrales permettent de rééquilibrer l'organisme en appliquant ces minéraux sur des zones spécifiques du corps dans le but de « rééquilibrer les ‘Chakkras’ » ou en les laissant reposer sur certains lieux. On le comprend d’entrée : cette utilisation relève de l’ésotérisme.

Si le terme est nouveau, l’idée n’est pas récente. Dans beaucoup de livres d’occultismes, il est associé à certaines pierres une résonance spécifique. En mon enfance (je devais avoir 12 ans), je m’étais amusé à réaliser un tableau de correspondance entre les pierres, les couleurs, les planètes, telles qu’on les trouvent aussi chez de nombreux auteurs de magie. À l’époque, j’avais déjà ma collection de pierres précieuses et semi-précieuses. Grâce à Dieu, il y a fort longtemps que j’ai été délivré de ces pratiques. Mais je demeure éveillé lorsque des chrétiens viennent me voir en disant qu’ils souhaitent (personnellement ou pour un usage professionnel) réutiliser ce type de pratiques pour libérer une énergie, une vibration, ou un fluide astral (etc.). 

 

2. De l’usage thérapeutique des pierres.

Il est important de faire la distinction entre la science et l’occultisme. Notre corps se nourrit d’éléments minéraux. Nous avons besoin d’absorber du Calcium et du Magnésium, par exemple. Nous connaissons tous les effets des aimants sur certains métaux. Mais cela est très différent de ce qui nous est présenté par la Lithothéraopie qui affirme que chaque pierre dégage une résonnance cosmique pouvant amoindrir certains troubles (du sommeil, l’anxiété, dépression ou surexcitation).

 

3. De la représentation culturelle des pierres. 

D’un point de vue de la gemmologie (l’étude des pierres, des minéraux et des cristaux) nous savons que depuis l’aube des temps, on a associé à certaines pierres certaines vertus (souvent en relation avec le rayonnement des couleurs qu’elles produisent). Dans de nombreuses cultures, les pierres vont avoir la représentation d’une vertu. Même la Bible va présenter des pierres (12) qu’on pouvait trouver sur le pectoral  du souverain sacrificateur (pierres qu’on retrouve, d’ailleurs, dans le livre de l’Apocalypse en rapport avec la nouvelle Jérusalem). La Bible affirme aussi que le Diable était recouvert de toute espèce de pierres précieuses (Ézechiel 28 :13) Même si les cabalistes s’attardent sur cet aspect, il est difficilement concevable de fonder une croyance sur ces éléments qui ont une réalité dans la représentation qu’elle porte et non en ils portent. 

Aussi, je prendrais l’exemple d’une pierre qui a reçu ses « lettres de noblesses »de Babylone jusqu’à notre ère : Le Lapis-lazui. Déjà les Babyloniens avaient des concessions minières jusqu’en Afghanistan pour leurs constructions architecturales ou pour l’utiliser comme pigment. Les yeux des idoles représentant les divinités Égyptiennes étaient façonnés en Lapis-Lazuli. Même la Bible fait référence à cette pierre (associée ou confondue avec le Saphir) pour décrire certains éléments du divin. L’œil de conjuration du « mauvais œil » (nos cultures juives séfarades connaissent ces pratiques qui y sont associées) est idéalement en Lapis-lazuli. Plus proche de nous, cette couleur est associée à Vénus, La Fée Bleu de Pinocchio et, par extension, la robe de la « vierge Marie » (dont le culte n’a plus rien à voir avec la personne de la mère de Jésus qu’on retrouve dans le Nouveau Testament).

 

4. C’est à l’Esprit-Saint que nous devons donner le pouvoir de changer les situations.

La volonté de Dieu n'est pas que l'on mette sa confiance dans la résonnance cosmique des pierres mais en Dieu. Il appartient au croyant de faire un choix. La solution de Dieu pour les blocages est infiniment supérieure à celle de l’énergie des pierres. Moïse, dans le Deutéronome (chapitre 18) nous met en garde contre toute pratique qui vise à mettre autre chose à la place de Dieu. La question n’est pas de savoir si le spiritisme, l’astrologie ou la lithothérapie « marche » ou pas !  Notre fonctionnement énergétique doit dépendre de Dieu et pas des pierres.  

 

Ce qu’il faut comprendre, et particulièrement en ces temps qui sont les derniers, c’est que le Diable veut mettre tout en œuvre pour détourner le croyant de Dieu son créateur en lui proposant toutes sortent de réponses face à la confusion qu’il a lui même semé dans le monde. 

 

Publié dans Spiritualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article