L’effet « Dunning-Kruger »

Publié le par Pasteur Christophe Deville

Enfin des recherches en cognition qui ne remontent pas au XVIII, XIX ou au milieu du XXème Siècle mais à Décembre 1999, et parfaitement adaptées à notre situation post-moderne, hyper technologique, dictée par une surabondance de l'utilisation des Réseaux Sociaux et de l’Internet. 

Pour résumer, les recherches de David Dunning et Justin Kruger démontrent que les personnes les plus ignorantes qui constituent 10% d’un groupe (et qui occupent parfois des postes à responsabilité), sont persuadées qu’elles possèdent autant d’information que celles qui les entourent et elles ignorent qu’elles ne savent pas.

La facilité (grâce [ou à cause] d’Internet) avec laquelle chacun a accès au 1er niveau de l’information (se référer à la Taxonomie de Bloom), engendre cette difficulté métacognitive (identifiée comme l’effet Dunning-Kruger) des personnes sous-qualifiées qui va les empêcher de  prendre conscience et de reconnaître leur incompétence. Elles pensent pouvoir enseigner ou conseiller et sont persuadées qu’elles connaissent et maîtrisent leur sujet. 

On l’aura vite compris, cela est dommageable pour celles et ceux qui deviennent les sujets de ces « expérimentations hasardeuses ».

Dunning et Kruger ont, de façon  réciproque, établi que les personnes les plus qualifiées évoluant dans un milieu où les dirigeants manifestent ce syndrome développent à l’inverse une tendance à sous-estimer leur niveau de compétence, abandonnant leur ingénierie à des personnes plus « charismatiques », mais moins compétentes. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article