La véritable marque le la bête

Publié le par Pasteur Christophe Deville

Beaucoup de messages circulent sur les soi-disant marques de la bête. Certes, depuis des décennies nous sommes avertis des essais de contrôles avec les codes barres, les puces RFID, l’ingérence des réseaux sociaux dans notre vie personnelle, les dispositifs de contrôles de surveillances et les vaccins.

Mais, réfléchissons un peu. La véritable marque de la bête a pour conséquence de nous couper de Dieu. Elle est incompatible avec le sceau du Saint-Esprit. 

Il n'est pas possible que nous puissions l'avoir sans le faire exprès.  

La marque de la bête est faite pour nous empêcher de croire en Jésus-Christ. Ce n’est pas  un code-barre, une puce ou un vaccin qui empêche un chrétien de croire en Christ. Néanmoins, toutes ces mesures ont pour but ultime d’abaisser notre vigilance, d’habituer notre esprit et d’abrutir notre moralité face aux vrais enjeux spirituels et c’est la raison pour laquelle il faut les exposer et les dénoncer. La vraie marque de la bête est celle qui vous demandera de choisir entre votre foi en Christ et des aides (financières, par exemple), soumises à des conditions en contradiction avec votre Foi. 
Et regardez bien la finesse diabolique : 
On se disait « un jour de persécution arrivera où les autorités nous empêcheront de nous réunir, mais nous résisterons !»... on ignorait la subtile ruse du diable, et c’est avec notre bénédiction raisonnée que les églises ont fermé et que les chrétiens réfractaires ont été stigmatisés. 

Il faut donc faire attention à ne pas se laisser divertir par de fausses marques. Peu importe ce qu'elle sera, l'essentiel est surtout d'avoir la marque du Saint-Esprit, la seule qui soit incompatible avec l'autre !
La Parole de Dieu est un bouclier qu’il nous faut activer chaque jour par la puissance du Saint-Esprit afin d’identifier toute pratique déviantes portant atteinte à notre justification acquise par le Sang de Jésus-Christ.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article