Aïd-al-Adha 2020

Publié le par Pasteur Christophe Deville

Dans la soirée du jeudi 30 juillet au lundi 3 août 2020 s’est déroulée la fête de l’Aïd-al-Adha.

Cette célébration musulmane (plus connue sous le nom d'Aïd-el-Kebir) n’a pas beaucoup fait parlé d’elle cette année.


Cette fête qui présente des sacrifices choque nos civilisations occidentales qui ont pris pour habitude d’aseptiser les réalités sanglantes de la filière animale.
On peut aussi être étonné du silence des associations de défense des animaux, des partis politiques et des mouvements écologistes et végans qui défendent des idéologies naturalistes. 
Certains aimeraient pourtant bien faire fermer les abattoirs rituels agréés. 
l'idéologie naturaliste est réductrice. 
Le sacrifice rituel d’animaux n’a pas seulement pour but de nourrir les participants. Il permet, d’un point de vue spirituel, justement de se souvenir du prix à payer pour se nourrir avec de la viande. 
Nos sociétés occidentales ont fait le choix de se débarrasser de certaines visions de la réalité. La vieillesse, la maladie, la mort ont été enlevé à nos regards. À présent, quand les circonstances nous les rappellent (comme l’épisode actuel qui entraîne des décrets d’interdictions et d’obligations), certains sont choqués voire révoltés. 
 

Nous ne sommes pas que des êtres naturels (98,5% du corps humain sont représentés par seulement 6 éléments : Oxygène, Carbone, hydrogène, Azote, Calcium, Phosphore. L’idéologie naturaliste est réductrice. Nous sommes bien plus que la somme de ces éléments. Nous sommes des êtres spirituels qui doivent faire face à cette réalité en prenant conscience de cette vérité. 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article