La prospérité de l'âme

Publié le par Pasteur Christophe Deville

undefinedBonjour à chacun ! Dans cet article, nous tenterons de répondre aux questions suivantes :

- En quoi consiste la prospérité de l’âme ?

- Comment notre âme prospère-t elle ?

- Comment cela s’opère t-il dans notre vie ?


INTRODUCTION.

En premier nous devons dire que la prospérité de l’âme n’est mentionnée que dans un seul verset de la Bible. Il s’agit de la troisième épître de Jean (Chapitre I, verset 2). Jean écrit une lettre personnelle à «Gaïus». C'est la forme grecque de Caïus, l'un des noms les plus courants du monde gréco-romain - au point qu'il était utilisé comme nos «Dupont» ou «Durand» dans les recueils juridiques latins. D’ailleurs, plusieurs Gaïus sont nommés dans le Nouveau Testament (Ac 19.29; 20.4; 1 Co 1.14; Ro 16.23). Aussi pourrions-nous dire que d’un point de vu biblique, Jean écrit à monsieur «tout le monde». Cependant, si nous revenons au contexte, mais il n'est pas possible d'identifier le destinataire de notre lettre avec l'un des autres « Gaïus » de Nouveau Testament. En effet ce Gaïus est un chrétien fortuné. C’est là la particularité du contexte. Gaïus a consacré tout ses biens au Seigneur: sa maison est toujours ouverte pour les évangélistes de passage (v. 5) qui reçoivent de lui, outre le gîte et le couvert, l'argent nécessaire à leur voyage (v. 6). Il est en quelques sortes un mécène de l’évangile Gaïus était très apprécié par l'apôtre (quatre fois, il l'appelle «bien-aimé» dans ce petit billet: vv. 1, 2, 5, 11). Un nouveau groupe de prédicateurs itinérants, peut-être sous la conduite de Démétrius (vv. 7, 12), viennent, une fois de plus, frapper à sa porte pour qu’il ouvre son portefeuille. Comme lettre de recommandation, ils apportent ce billet de Jean. Vu le nombre de faux docteurs, plus intéressés par l’argent que par l’évangile qui circulent dans les Églises, profitant de l'hospitalité des chrétiens (voir 1 Jn 4.1; 2 Jn 7), de telles lettres de recommandation devenaient indispensables ! Diotrèphe, l’un des responsables de ne veut pas les recevoir (v. 9) et, pour les empêcher d'exercer une influence sur les autres, il interdit aux membres de son Église de les accueillir, sous peine d'exclusion de la communauté. Peut-être aurait-il préféré voir l’argent de Gaïus entrer dans ses poches plutôt que dans l’œuvre de Dieu. Mais Gaïus tient tête à ce dictateur clérical (voir KUEN Alfred, Introduction au Nouveau Testament, Editions Emmaüs, page 350). Plusieurs enseignements sont à retirer de ce texte. Jean dit «Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et que tu sois en bonne santé, comme prospère ton âme».


Il dit à Gaïus :

· Que TU prospères. La véritable personne, ce n’est pas l’âme, mais l’esprit. Certes, la personne peut englober l’âme et le corps mais l’essence même qui fait la personne, c’est l’être intérieur, l’esprit. En d’autre mots : nous sommes un esprit qui possède une âme et habite dans un corps. Cependant, il y a une interrelation de ces trois parties.

· Avez-vous noté que Jean dit à TOUS égards. Cela signifie bien que la personne humaine est composée de plusieurs domaines non seulement ce qui fait que je suis «moi» mais aussi ce que je pense, ce que je dis, fait ou possède ! Jean englobe aussi la santé physique qui touche particulièrement le corps. Nous constatons que dans ce verset, le mot âme revêt un sens particulier. Jean dans ses écrits, utilise le mot âme dans le sens de vie. Lorsque Jésus dit en Jean 10:11 qu’il donne sa vie pour ses brebis, c’est le mot «âme» qui est employé. C’est son âme que Jésus donne pour sauver. Le mot âme, chez Jean revêt le sens particulier de la vie dans tout ce qu’elle représente : titre, position, acquisition. Chez Jean, l’âme est le principe de vie terrestre. Pour parler de la Vie Eternelle, la vie de Dieu, il emploiera le terme grec «Zoê». La prospérité de l’âme c’est donc bonheur et la satisfaction du principe de vie dans tous ce qu’il constitue. Maintenant que nous savons ce qu’est la prospérité de l’âme, il nous reste à savoir comment prospérer ?


Proverbes 4 :21-22

«Que la Parole ne s'éloigne pas de tes yeux; Garde-la dans le fond de ton cœur; Car elle est la vie pour ceux qui la trouvent, Et pour tout leur corps c'est la santé ».

 

Romains 12 :2

«Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu: ce qui est bon, agréable et parfait».

Serrez la Parole de Dieu dans votre cœur et vous verrez sa volonté s’accomplir dans votre vie à travers des promesses et par sa grande fidélité.

 

Colossiens 3:16

«Que la parole du Christ habite en vous avec sa richesse, instruisez-vous et avertissez-vous réciproquement, en toute sagesse, par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels; sous (l'inspiration de) la grâce, chantez à Dieu de tout votre cœur».

 

Satan et les contextes de ce monde créent des situations qui risquent de vous ronger l’existence. Consciemment ou inconsciemment, volontairement ou non, vous pouvez laisser agir la lassitude, l’abattement et le découragement. Dieu ne nous a pas appelé à vivre dans ces conditions. Certains pensent qu’en proclamant la parole à haute voix avec « foi » ils vont pouvoir combattre le négativisme, leur lamentation routinière et s’opposer aux vicissitudes de ce monde. En fait, ce n’est pas cela proclamer la Parole de Dieu. Ce qu’ils font, c’est simplement répéter à haute voix une information qu’ils ont reçu de la Parole. Ce genre de foi n’est pas une foi en Dieu mais une foi dans la foi (quelle qu’elle soit). Pour eux, c’est par le fait de dire que ça va marcher qu’ils se dynamisent et cela, sous couvert de la Parole de Dieu. Cette pratique est donc anti-biblique et très proche des « mantras » de persuasion que l’on trouve dans les milieux du nouvel âge et des religions orientales construites sur la pensée positive. Nous devons faire extrêmement attention dans notre approche de la Parole qui est notre maître et non pas un simple manuel de réussite social ou psychologique.En fait, la position Biblique est tout autre. La Parole dit que nous sommes assis avec Christ dans les lieux célestes (c’est notre Etat) mais nous avons bel et bien les pieds sur cette Terre (c’est notre position). Ainsi en tant que Chrétien, nous ne nions pas le problème par des paroles positives chassant le négativisme mais nous proclamons la Parole Vivante, vivifiante en la personne de Jésus-Christ qui Lui, est une réalité beaucoup plus pesante que notre problème. En proclamant qui Il est, je libère et rend cette même puissance active dans ma vie personnelle.Ephésiens 6:10«Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur et par sa force souveraine». L’Esprit Saint veut nous inciter et nous aider à rejeter et refuser les œuvres du diable. Néanmoins, cela ne dépend que de nous de le désirer ardemment et prendre cette décision sincère et ferme. Nous avons en Dieu le bouclier de la foi pour arrêter les flèches du malin et toutes nos pensées accusatrices.


Jacques 4:7

«Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous».

Cette résistance ne signifie pas de rester devant lui comme une digue. Le terme employé ici « anti-stasis » correspond au fait rester en face de lui dans le sens de rester à distance de lui, de ne pas le rechercher. En d’autres terme «Soumettez-vous donc à Dieu; ne vous occupez pas du diable, et il fuira loin de vous». Attention ! C’est dans un contexte de sanctification personnelle que ce passage a été écrit ; et il ne contredit pas le combat spirituel.

 

CONCLUSION.

La Vie que Dieu nous donne est merveilleuse et précieuse, mais c’est nous devons être vigilant pour qu’elle soit agréable chaque jour. Il y a un véritable combat. Mais dans toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés, Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur. (Romains 8:37)

Publié dans Bible

Commenter cet article