Renouveler le cycle de l'argent

Publié le par Pasteur Christophe Deville

Nous allons conclure notre série sur l'argent.

Dans notre article antérieur, en développant le thème de la démystification de l'argent, la notion d’indépendance financière, nous en sommes venus à comprendre qu'il est important de posséder suffisamment d’argent pour que ce sujet soit rarement au centre de nos préoccupations.

Or, ceci n’est possible que si vos revenus sont nettement supérieurs à vos besoins !

Donc, le conseil à donner est le suivant : ou bien vous réduisez vos besoins ou bien vous augmenter vos revenus !


Aujourd'hui, nous allons ainsi voir 3 étapes qui nous permettrons de mettre en pratique les sujets précedement exposés. 

 

L’une des 1ère étapes c’est de savoir que :
Trop posséder perturbe le cycle de l’argent. 
 

Supposons que vous avez dépensé beaucoup pour acheter certaines choses. Vous avez envie de garder tout, ce qui vous donne le sentiment d’être et vous avez peur d’en être privé(e). Or c’est justement cette crainte qui vous empêche d’en avoir davantage !

Les objets inutiles ont pour double aspect de pulluler et de coûter des intérêts. Ce que vous dépensez pour des choses qui ne génèrent pas à leur tour de l’argent, est perdu. Son cycle vital est alors interrompu.

C’est pourquoi les opérations de « grand rangement » sont importantes à faire pour vos finances.

 

La 2ème étape c’est de savoir si :
"Etre reconnu, est-ce la vraie richesse ?"

On croit souvent qu’il faut posséder beaucoup pour être riche. Ce n’est pas la valeur de nos biens qui nous procure la paix intérieure, et l’amour de nos proches. Or ce qui fait que nous nous sentons vraiment riches, c’est la reconnaissance et l’amour que nous offrent notre entourage.Attachez-vous plutôt aux gens qu’aux choses. Fréquentez les gens pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils ont.

Le plus important dans la vie, c’est ce que vous n’achèterez pas : ni votre épouse ou votre époux, et ni  vos enfants ou votre famille….

Les choses que l’on acquiert avec l’argent ne doivent pas déformer notre vision des autres richesses telle que la valeur humaine.

 
La 3ème et dernière étape :

Saisir les vraies opportunités pour accéder à la véritable richesse qui consiste à dire que moins l’on possède de choses, plus on a d’argent.

Ce faisant, vous n’investissez pas dans le présent, mais pour l’avenir. L’argent qui circule se multiplie – peu importe qu’il soit investi dans des actions, dans l’immobilier et dans une entreprise et encore dans une œuvre (sociale, humanitaire ou charitable).

Même si vous amassiez vos revenus dans une boîte à chaussures, sans qu’il produise d’intérêts, il serait synonyme de possibilités. En revanche, les objets traduisent des décisions et signifient la fin de la liberté de choix.

 
En conclusion
Faites-vous une représentation de l’argent comme un cycle. Dès que vous avez peur et que,  pour cette raison, vous cessez de dépenser, vous ralentissez ce cycle. Or une société dans laquelle chacun thésaurise, c’est-à-dire amasse de l’argent sans le dépenser ni le faire fructifier, cette société reste pauvre.

Au contraire, celle dans laquelle chacun fait circuler l’argent entretien des échanges entre les hommes.

Beaucoup de travailleurs indépendants connaissent  ce phénomène :

Lorsqu’il n’y a pas de rentrées d’argent, on devient économe. On limite le démarchage, ce qui déteint sur les clients ; c’est un cercle infernal.

C’est justement en période de crise qu’il convient d’investir dans la publicité, la prospection et les relations publiques.

De plus, en période de vaches maigres, la tentation est grande de saisir n’importe quelle opportunité contractuelle, et c’est ainsi que l’on perd de vue des objectifs à long terme et qui s’avère plus intéressants financièrement.

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article