La paque... quelques données...

Publié le par Pasteur Christophe Deville

En cette période de fête, j’aimerais revenir aux sources bibliques de ce que culturellement nous appelons Pâque. Evidemment, je parlerai de la Pâque chrétienne, non pas de la tradition européenne avec les cloches les œufs et les petits lapins. L’Ancien Testament nous montre 3 grandes fêtes annuelles
 LA PAQUE,
 LA PENTECÔTE
 LA FÊTE DES TABERNACLES OU DES TENTES.

Chacune de ces fêtes à son reflet et son accomplissement dans la foi chrétienne. Elle est parfois plus ou moins bien représentée selon les milieux religieux ou non religieux. Nous n’avons pas le temps ici de nous arrêter sur les deux autres fêtes et c’est bien dommage, mais cela nous donnera l’occasion de concentrer notre attention sur la fête de la Pâque.

Lors de la pâque chrétienne, nous célébrons la souffrance, la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Le signe visible qui nous a été donné est celui de la sainte cène. « L’eucharistie ». On pourrait alors s’interroger sur quand faut-il prendre ce pain et ce vin ? Est-ce chaque jour ? Chaque semaine ? Deux fois par an ? une seule fois par an et à Pâque ? La Bible ne répond pas ouvertement à cette question. C’est un signe communautaire qui témoigne de notre vie communautaire.

Actes 2:42 "Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières".

La Cène. Qu'est ce que c'est? Un Repas, un rituel, un mémorial. En effet c'est un repas aide-mémoire qui nous met au pied du mur. Nous pourrions le voir sous différents angles

I Quels sont les points :
1° Individuelle. Moi devant Dieu ou en suis-je dans ma vie personnelle 2° Communautaire. Est-ce que je vie reclus seul avec ma télé

II Quels sont les éléments en présence
1° Le Pain
2° Le Vin

III Relie :
1° Le Passé
2° Le Présent
3° Le Futur

IV Proclamation
4° Devant Dieu
5° Devant les chrétiens
6° Devant Les puissances maléfiques
7° Devant les non-chrétiens.


Tous ces éléments qui peuvent être développés séparément se relient les uns aux autres et s'entrecroisent mais faire un schéma serait très complexe. Je vous propose cependant d'en aborder certains. Ainsi l'aspect du temps et d'abord. Le passé : Le souvenir de la Pâque Juive.

PESSAH = Passage d’un état à un autre : Comme une Naissance : la Nouvelle Naissance

Pain et Vin dans l'Ancien Testament :
Jérémie 16 : Lors du Deuil cela représente la consolation. Tristesse et consolation. La coupe, c'est également le combat : près pour le combat (Ps 23).

La Cène : un souvenir : le temps de Jésus : sa vie, sa mort, sa résurrection, son ascension, la promesse de son retour.

- Le Pain : c'est aussi le pain de la multiplication. L'abondance !
- Le Vin. Jean chapitre 2 CANA ! ! !

Du temps de Jésus-Christ, lors de la pâque, je tire mes sources de Joachim Jérémias, 4 coupes étaient distribuées lors du repas pascal. Que représentent telles :
1° La bénédiction du Père sur la coupe. Coupe d'Introduction
2° Souvenir de la délivrance. Coupe de Délivrance
3° La bénédiction que Dieu offre en fonction de l'Alliance. Coupe de Bénédiction. 1 Cor 11.
4° L'Espérance messianique. elle n'était pas bu. C'est la "Coupe du royaume". La signification de cette dernière coupe n'est pas très claire. Une question est de savoir quelle coupe à été prise lors de l'institution de Jésus-Christ. Je dirai bien volontier que la coupe que nous bénissons est la coupe de bénédiction mais je ne désire pas m'engager dans un débat exégétique. On peut dire que les quatre coupe sont regroupées dans la coupe de la cène. D'autre part, imaginez que Jésus ait pris cette quatrième coupe et, alors que depuis des générations cette coupe restait en plan... et là, soudainement, Jésus prend cette coupe messianique signifiant q'à présent, le Messie est là...

Le moment actuel, c'est celui du Présent : Nous ici actuellement. Que faisons nous.
Voici ce pain qui est
  1° Béni,
  2° Brisé,
  3° Donné.
De même nous aussi, il y a une similitude avec nous qui sommes d'abord bénis puis brisés avant de servir.
Rassurez vous : ces trois choses se font en même temps.

Quels gestes.
i) Préparer Manger et Boire : C'est un aliment. Nous avons tous besoin de nous nourrir. Par là, nous montrons notre dépendance. Nous sommes dépendant de cet aliment. nous sommes dépendant vis-à-vis de Dieu. Nous lui disons : nos sources sont en Toi tous ce qui nous vient, vient de Toi. C'est dire : oui. Je ne me suffit pas à moi même j'ai besoin de toi. Viens et entre en moi.
ii) Manducation : Mâcher = Repasser les choses, les ressasser, les répéter : s'en imprégner. C'est aussi dire oui au discernement : Je ne me contente pas d'avaler tout rond, mais ma volonté est aussi en action, mon intelligence n'est pas exclut. Je n'avale pas contre ma volonté comme on le ferrait avec une pilule ou un médicament amer. La bonne nouvelle n'est pas un remède obligé mais est réellement bonne. Et là c'est une confession.
iii) Avaler : Accepter ce qui vient de l'extérieur. Ce n'est pas du poison. C'est avoir confiance et proclamer oui j'adhère. (geste). Dire : oui cette parole est réellement une nourriture. C'est aussi le plaisir de la dégustation. J'ai beaucoup parlé du pain, mais il en va de même pour le vin ! Il y a aussi un plaisir dans cette gorgée de vin que nous prenons (Le plaisir d'un bon cappucino café : Richard) C'est très sensuel cela, émotionnel. Et de la même façon que j'ai apporté l'élément intelligence, maintenant, je ne veux pas rejeter celui des émotions. plaisir et purification car le vin, à base d'alcool purifie.
vi) Nous assimilons. Ce morceau de pain va être digéré, assimilé et devenir une partie de nous-mêmes. Nous sommes en présence d'un Pain : un élément, une entité, une unité. Cette unité est brisée, distribuée anéantie sous sa forme première. Mais elle se reconstitue en devenant une partie de chacun de nous qui ensemble unis formons un seul corps : celui du Christ. Le corps de Christ au commencement et le corps de Christ en Finalité.

LA PAQUE : Quelle émotion !!!
La Cène, c'est un moment de tristesse car en effet nous nous souvenons qu'il y a presque 2 000 ans un homme mourrait, condamné injustement à cause de nous. Courbons nos têtes (argh!!!...) ce moment est sérieux (snif). Nous aurions pu lire dans le journal de paroisse : Dimanche prochain : pâques. N'oubliez pas vos kleenex.
Mais Pâque, c'est aussi un moment de réjouissance, car il y a presque 2 000 ans, un homme, ouvrant ainsi le chemin, ressuscitait d'entre les mort. Sourions donc et levons les mains. On aurait pu lire dans la gazette de l'assemblée : Dimanche prochain : pâques. N'oubliez pas vos baskets pour chanter et danser!

Le Futur. La transition est bien choisit pour vous parler de la pâque : valeur du futur. De façon personnelle, futur proche mais surtout... (Car en effet, ce repas est une répétition pour le banquet final) : Allez, allez, c'est la sainte cène, alors je veux voir tous le monde en scène pour la répétition du banquet final : Et là vous qu'est-ce que vous faites. Votre nom c'est quoi? Bon ben vous êtes inscrit dans le scénario du livre de vie. Alors en place. Tout est préparé. Vous n'avez qu'a mettre les pieds sous la table. Actes 1 : Le Pain

Ainsi, j'aimerai finir, non pas comme pour refermer une porte mais pour ouvrir celle de l'événement présent : Apoc 3:20 « Voici: je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi"

Publié dans Bible

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article