Sportif et Culturel

Publié le par Pasteur Christophe Deville

En 1932, lorsque Jacques BLOCHER, alors directeur de l'Institut Biblique de Nogent-sur-Marne décidait de publier le recueil de chant : "Sur les ailes de la Foi", certains protagonistes ont jugé cette initiative plutôt cavalière et discourtoise eu égard aux bon vieu psautier protestant. On utilisait des rythmes qui à l'époque étaient modernes : Les mêmes mélodies qui étaient utilisées dans le monde, et sous lesquelles les filles se laissaient accrocher lors des bals à Joinville, ou à Nogent (et son petit vin blanc...). "Sans aucun doute", disait-on en 1932, ces "évangéliques" se sont laissés corrompre par le monde qui les entoure. 
Alors qu'aujourd'hui, les hymnes des "ailes de la Foi" sont catalogués comme "viellot", je m'étonne qu'une campagne mysitificatrice se déroule à l'encontre de la jeunesse antillaise qui exprime ses émotions et sa rationnalité dans une expression artistique talentueuse.  En ce qui me concerne :
Continuez les gars et gardez les yeux fixés sur Jésus !

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article