Comment Appliquer le Sang ?

Publié le par Pasteur Christophe Deville

Introduction.

appliquer le sang

Cette semaine, j’ai relevé une pratique utilisée dans le monde évangélique, et je me suis rendu compte que certains chrétiens voulaient « invoquer le sang de Jésus » sans savoir ce que cela signifie.

D’abord, en effet, l'expression « le sang de Jésus » revient souvent dans le Nouveau Testament et fait référence à un événement précis de l’Ancien Testament. Aujourd’hui, nous nous attacherons à ce que Dieu signifiait à son peuple lorsqu’il lui a demandé d’appliquer du Sang sur les poteaux et les linteaux de leurs maisons, ce qui inaugura la première Pâque comme préfiguration de l’acte de Jésus qui lui, versa son sang à la croix.

Certains chrétiens (conservateurs), fatigués de la "sur-utilisation" de l’invocation, vont bannir et condamner cette expression de leur vocabulaire. À l’autre extrémité, d’autres chrétiens, vont « invoquer » le sang de Jésus, mais sans savoir ce qu’il en est.

 

I. Appliquer le sang et Invoquer son nom.

Tout d’abord, il faut éviter une erreur qui est souvent commise : nous n’invoquons pas le sang de Jésus. Ce que nous invoquons, c’est le NOM de Jésus. Quand au sang de Jésus, lui, il est APPLIQUÉ.

Le texte d’Exode 12 nous invite à comprendre que chaque chrétien doit appliquer le sang de Jésus dans sa vie, ou dans un situation particulière.

 

II. Que signifie Appliquer le sang ?

Pour les Israélites en Égypte, appliquer le sang représentait un procédé de préservation, de protection de Dieu au sein d’un système corrompu et en voie de disparition. « Appliquer le sang » était l’acte physique dans cette situation précise à cette période précise.

 

III. Qui doit appliquer le sang ?

Quand on y regarde bien, les Israélites étaient tous des enfants d’Abraham, le père des croyants. Cependant, ce n’est pas le seul fait d’être les enfants d’Abraham qui allait leur permettre d’être protégés par Dieu. De même aujourd’hui, beaucoup de chrétiens pensent que du fait qu’ils sont enfants de Dieu, ils sont exemptés d’appliquer le Sang sur les situations qui sont les leurs.

 

IV Comment appliquer le sang ?

En Exode 12, les Israélites devaient accomplir un acte spécial et inhabituel. Leur travail quotidien et naturel dans lequel ils étaient experts consistait à aller rapporter de la paille, de l’argile, afin de construire des briques. Mais là, Dieu va les conduire dans un acte qui sort du naturel : appliquer du sang sur les linteaux et les poteaux de leurs maisons (leurs biens, leurs acquisitions, etc.). En décortiquant l’ordre, nous pouvons comprendre que la préparation préalable à l’application de sang nécessitait plusieurs étapes : trouver un agneau, tuer l’agneau, récupérer son sang dans un sceau, ne pas salir la maison ; ne pas se salir ;  fabriquer un pinceau, trouver un échelle, ne pas avoir peur de la hauteur, monter sur l’échelle puis, enfin, et seulement enfin : « appliquer le sang de l’agneau sur les poteaux ». Pour nous, aujourd’hui, croyants de la nouvelle alliance, cet acte : « Appliquer le sang », peut être représenté par quelque chose de particulier et de totalement différent des Israélites de l’époque. Cela peut prendre la forme d’une proclamation ou d’un acte prophétique qui va nous sortir d’une activité dans laquelle nous sommes à l’aise : Il s’agira alors de sortir de notre zone de sécurité ! Ce que Dieu demandait aux Israélites n’entrait pas dans les activités normales et régulières. Ils n’étaient pas équipés pour cela ! Mais lorsque Dieu leur demande d’appliquer le Sang, ils se devaient alors d’entrer dans un nouvel acte qui sort de l’ordinaire. Aujourd’hui encore, alors que nous sommes couvert par l’acte de Jésus qui a versé son sang une fois pour toutes, nous devons comprendre que cette vérité biblique doit devenir réalité pour nous.

À titre d’exemple, le jeûne est une des formes de l’application du Sang de Jésus, dans la mesure ou il s’agit de signifier à Dieu : « Seigneur, la situation qui m’amène devant toi, aujourd’hui, en jeûne, est plus importante que mes besoins naturels et quotidiens de nourriture ». Jésus affirme que celui qui est rempli du Saint-Esprit se comporte comme le vent : insaisissable, il souffle ou il veut mais on ne sait ni d’où il vient, ni où il va. À présent, Dieu va peut être vous demander d'accomplir un acte qui va sortir de votre ordinaire, afin de faire face à une situation qui, elle aussi, sort de l'ordinaire. Il s'agit peut être d'un problème financier, pour lequel vous avez besoin de la protection de Dieu; Il s'agit peut être d'un problème au sein de votre couple, de votre famille, ou dans votre quartier. Il s'agit peut être d'une décision à prendre pour laquelle vous ressentez que cela va amener une perturbation dans vos habitudes ou un changement d'orientation manifeste. Dans ce sens, vous avez besoin que Dieu manifeste sa protection particulière et il va vous demander d'appliquer le sang comme une manifestation de votre obéissance et de votre foi. Il ne s'agira probablement pas de littéralement copier l'acte des Israélites, mais d'entrer dans une démarche spirituelle qui sort de l'ordinaire. Certains pensent que dans la nouvelle alliance, Dieu nous a donné l'huile d'onction pour consacrer nos acquisistions. D'autres vont agiter devant Dieu une "mise en demeure" ou tout courrier qui spécifie une décision. Rappelons-nous que Dieu lui, a aussi rédigé son rapport : la Parole de Dieu qui a privilège dans notre vie !

 

Conclusion : 3 mises en gardes demeurent importantes :

1. C’est Dieu qui demande d’appliquer le sang (ne soyons pas présomptueux au point de faire quelque chose que Dieu n’a pas demandé),

2. avoir du discernement pour savoir si cela vient de l’Esprit de Dieu ou de notre propre esprit,

3. Examinons toutes choses et retenons ce qui est bon (et nesoyons pas trop prompt à juger une personne qui aurait pu confondre les deux),

4. « l’application du Sang » ne doit pas se faire sans la soumission à l’autorité spirituelle (Exode 12:21 : C’est sur la supervision de Moïse et des Anciens que l’acte est permis).

Publié dans Bible

Commenter cet article