Défenestrés par peur du Diable !

Publié le par Pasteur Christophe Deville

le_diable.jpgDans la matinée du 23 octobre, à 3h00 du matin, onze personnes se sont défenestrés aux Yvelines, en région parisienne. La société séculière française, opposée à proposer des cours de religions à l'école (qui permettraient de mieux comprendre et appréhender des réalités sociétales complexes), est quelque peu déstabilisée par un évènement hors du commun qui heurte notre conception du rationnel. Onze personnes se sont retrouvés face à un homme et, bien qu'armés, ils n'ont pas été en mesure de contenir un individu familier qui leur inspirait une certaine frayeur. Est-ce suffisant pour fuir en sautant par la fenêtre ?

Notre société, rencontrant un malaise vis-à-vis de cette situation, se devait de tenter d'expliquer cette affaire de façon psychologique en dénonçant une probable hallucination collective. Cette proposition découle d'une préconception selon laquelle "le Diable n'existe pas". Le monde nous dit : "puisque le Diable n'existe pas, l'explication est ailleurs".

En allant un peu plus loin, on peut se poser la question de savoir que s'est-il réellement passé à cette heure de la nuit, le "JOUR" DE LA PLEINE LUNE PRÉCÉDANT HALLOWEEN (les rescapés de l'occultisme sauront de quoi je parle !) ?

 

Hallucination collective, séance de délivrance, ou discernement des esprits ? Dans cette histoire, un bébé est décédé, et cette situation ne peut nous laisser insensible. Ce n'est pas en niant ces réalités existentielles (si elle ne l'est pas pour certaines personnes "rationalistes", ce n'est pas pour autant qu'elle ne l'est pas pour d'autre : La société et les choix qui nous sont imposés sont donc en partie responsables de cette situation. Il serait moralement inadmissible de rendre responsables ces personnes, qui, nous devons quand même l'affirmer, sont aussi VICTIMES de l'inaction intellectuelle et spirituelle de notre monde. Un tragique épisode qui conforte notre idée selon laquelle les propositions que les organismes confessionnels (églises, associations spirituelles, etc.) devraient être étudiées avec un peu plus d'attention par nos décideurs politiques.

Publié dans Société

Commenter cet article