Les 7 étapes du deuil (physique, social ou professionnel)

Publié le par Pasteur Christophe Deville

Novembre 2011(Find the text in english : "the seven stages of griefs").

Le docteur Elizabeth Kübler-Ross  (décédée en 2004) a été psychologue et spécialiste du comportement. C’est elle qui a présenté les étapes, ou phases du deuil (Déni, Colère, Marchandage, Dépression, Acceptation). Elle a brillé par le coté éthique qu’elle a apporté dans le cadre de l’accompagnement des personnes en fin de vie.

Ce travail de deuil est possible non seulement au niveau de la perte d’un proche, mais il est transposable dans le domaine sentimental, lors d’une rupture et dans le domaine professionnel, lorsqu’on arrive à la fin d’un contrat, ou lors d’un licenciement.

 

 

Pour ma part, reprenant les travaux du docteur EKR, j’aime à distinguer 7 étapes par lesquelles nous passons, afin de faire face à une situation de transition.

Ces 7 étapes sont linéaires, bien qu’il soit possible de faire des retours en arrière, afin de « tourner la page ».

J’espère que ce petit aperçu vous permettra à progresser, dans votre épreuve sentimentale, professionnelle, ou autre.


Etape 1
Le Choc : C’est une phase courte. L’annonce d’une rupture, conduisant à un constat, une annonce laisse la personne sans émotion apparente. Le terme de sidération peut tout à fait convenir pour qualifier la réaction de la personne face à l'information transmise. Exemple : « Je te quitte, c’est fini, vous êtes viré ».


Etape 2
Le Déni : C’est le refus de croire l'information. Sont utilisés des arguments et la contestation. Le rejet de l'information fait place à une discussion intérieure ou/et extérieure. Il ne faut cependant pas croire que la brièveté de cette phase signifie qu’elle n’est pas importante. Certaines personnes s’enferment dans cet état de déni, de refuge (préserver la chambre du disparu intacte, continuer à mettre son assiette à table (etc). Exemple : « Ce n'est pas vrai, pas possible.... ».


Etape 3
La colère et le marchandage : C’est la confrontation avec les faits qui va engendrer une attitude de révolte, tournée vers soi et vers les autres. c'est aussi une phase de marchandage qui peut prendre une tournure "magico-religieuse". On promet à une "entitée invisible" de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir. Les intensités peuvent être variables, selon la maturité affective de la personne. La pensée de la personne s’alimente de fortes contradictions. Elle peut s’emporter  par ou s’enfermer dans le plus grand mutisme. Des pulsions de vengeance peuvent ainsi la pousser à avoir des comportements qu'elle ne comprend pas elle-même. En fait, la personne est confrontée à l'impossibilité d'un retour à la situation première. Elle doit faire le deuil, et passe par de nombreuses émotions : reproches, remords,  ressentiments, dégoûts, de la répulsion, séduction ou agression. Exemple : « C’est de leurs fautes, ils n’ont jamais rien fait pour moi ».


Etape 4
La tristesse : C’est un état de désespérance. « Ce n’est pas juste, pourquoi elle m’a fait ça à moi, qu’est ce que je vais devenir » ?


Etape 5
La résignation : C’est l'abandon de cette lutte au cours de laquelle la personne peut avoir le sentiment d'avoir tout essayé pour revenir à la situation perdue. Elle n'a aucune visibilité de ce qu'elle peut faire. Elle agit au gré des circonstances. Cette résignation peut aussi se composer de rejet. Exemple : « C'est la vie, Dieu est en contrôle ».


Etape 6
L'acceptation : Dans cette étape, la personne accepte la perte (de l'être cher, de la petite amie, ou du travail). En l'acceptant, elle est capable de garder les beaux moments mais aussi les moins bons. Elle commence à avoir plus confiance en elle, se sent mieux et l'avenir ne semble pas aussi noir qu'avant. Exemple : « J'y pense encore parfois, mais je m'en sors ».


Etape 7 La reconstruction : l’acceptation seule ne suffit pas. Il faut reconstruire progressivement. La personne en deuil prend conscience qu'elle est en train de se réorganiser pour répondre aux obligations liées à toute vie en société. Se reconstruire amène à mieux se connaître, à découvrir ses ressources personnelles et à prendre conscience de son existence. Cette démarche développe la confiance en soi-même. Le sentiment de vulnérabilité fait place à une nouvelle énergie et, pour le croyant, une plus grande confiance en Dieu.

 

Nous espérons que cet article vous aura été utile d'une manière ou d'une autre.

Vous pouvez cliquer ci-dessous pour nous soutenir par un don - paiement sécurisé.

paypal-cb

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article

Nocturne 17/06/2015 09:30

Oui, il y a toutes sortes de deuil. Comme beaucoup d'entre vous, j'ai fait le deuil d'un père et d'une mère.

J'ai aussi fait le deuil de trois petits que j'ai perdu lors de fausses couches. Le deuil d'animaux de compagnie que j'ai aimé si tendrement. Le deuil d'un lieu de vie perdu à cause de mauvais choix. Le deuil d'une profession à cause d'un manque de foi en moi-même. Le deuil d'une santé détériorée par le manque de professionnalisme d'un médecin. Le deuil de ma fille qui quitte progressivement le nid. Le deuil de ma jeunesse qui me fuit.

Nous avons tous, au cours de notre existence plusieurs deuils à vivre. Ce sont toutes ces épreuves difficiles qui nous façonnent et nous transforment. Au mieux, nous devenons plus sages et reconnaissants pour tous les petits instants de bonheur, au pire, nous devenons amers créant le vide autour de nous...

Il faut prendre le temps de vivre, de ressentir, de comprendre, d'évoluer. Rien n'est éternel, rien n'est immuable, ni la douleur, ni la tristesse, ni le deuil. Certains oublient et passent un jour à autre chose. Certains autres deviendront malgré eux mélancoliques, se perdant souvent dans leurs souvenirs si chers à leurs coeurs blessés...

Nocturne - une-nocturne sur le Club Doctissimo

ebene 23/02/2015 12:24

moi je suis entrain de perdre mon papa qui n'a que 67 ans je ne sais plus ou j'en suis tout me stresse m'énerve me fatigue et je n'arrive plus à penser je ne sais plus quoi faire
je suis incapable de vous dire à quelle phase j'en suis j'ai besoin qu'on m'aide à porter ce fardeau

merci 09/12/2014 04:24

Thanks

007 19/08/2014 14:12

J'ai perdu mon mari il y a 1an et demi, et je navigue entre les 4 dernières étapes. Je ne sais pas si je vais y arriver. J'appréhende surtout les congés où je me retrouve seule. En fait je me raccroche à mon travail. Je ne me comprends pas moi-même, quand je suis seule, en ce moment je repense à tous les mauvais souvenirs, je me demande si mon comportement est normal.
Quoi qu'il en soit, pour ma part, il a vraiment fallu une année entière pour que j'émerge.

Nora 21/08/2014 13:23

Bonjour a tous,

perdre a un etre cher ce n est jamais facile, mais bizarrement, je ne sais pas dans quel etape je suis actuellement, mais je m'en sors plutot bien, mais je crois que ca vient du fait que je n'ai rien a me reproché, je suis reste avec maman jusqu'a son dernier souffle je l'ai meme réanimé a l'hôpital ( en Algerie, c'est normal :)) mais bon cela fait deja une semaine que maman est partie, et je fais beaucoup de rangement a la maison avec mon frere ca se passe plutot bien, de ma part, je vous souhaite a tous beaucoup de courage, et a mon sens, il faut se faire une raison, parfois, c est mieux de les voir en paix que de souffrir et n y peut rien pour eux.

Bonne journee a tous

Nora 21/08/2014 13:23

Bonjour a tous,

perdre a un etre cher ce n est jamais facile, mais bizarrement, je ne sais pas dans quel etape je suis actuellement, mais je m'en sors plutot bien, mais je crois que ca vient du fait que je n'ai rien a me reproché, je suis reste avec maman jusqu'a son dernier souffle je l'ai meme réanimé a l'hôpital ( en Algerie, c'est normal :)) mais bon cela fait deja une semaine que maman est partie, et je fais beaucoup de rangement a la maison avec mon frere ca se passe plutot bien, de ma part, je vous souhaite a tous beaucoup de courage, et a mon sens, il faut se faire une raison, parfois, c est mieux de les voir en paix que de souffrir et n y peut rien pour eux.

Bonne journee a tous

Virginie 08/08/2014 22:40

Bonsoir moi ca fait 11 ans que j ai perdu mon père j ai toujours été super triste je regarde sans cesse les photos que j ai de lui cette année je suis d une méchanceté que jamais j aurais imaginer je m en prend a tous le monde je bloque moi j ai eu la tristesse avant la colère je suis dans le déni depuis 11 ans je veux pas oublier je me rends malheureuse toutes seule c atroce de pas réussir a se reconstruire et de détruire mon entourage

Boccard 24/12/2014 10:26

Bonjour j'ai lu ton message et je comprend car moi même j'ai perdu mon papa il y a 11 ans aussi, tu détruis personne je te rassure c'est juste que c'est toi ta façon de montrer que tu l'aime et puits tu a peur que ton entourage l’oublie, ta besoin dans parler mais si personnes ne t écoute c'est normal que tu soie méchante il faut que ce qui t'entoure sache que tu a besoin de soutien , de réconfort, tes comme moi tu na pas accepter, même si sa fait 11 ans sais comme sa il te manque tout simplement, pense a ton papa, bas toi pour lui, dit toi que tout ce que tu feras que tu réalisera il sera fier de toi croie moi, moi j’écris de la poésie en prose et je passe des concours et je lis mais œuvres pour lui et quand je ramène une médaille un diplôme je lui dédie, écrie pour lui va sur internet il il y a des concours de poésie je suis sur que ce que tu va écrire sera magnifique, tu peut te reconstruire pour lui et sur tout pour toi ton papa ne voudrais pas que tu soie malheureuse ,bis a toi et bas toi