Les 7 étapes du deuil (physique, social ou professionnel)

Publié le par Pasteur Christophe Deville

Novembre 2011

(text in english : "the seven stages of griefs").

Le docteur Elizabeth Kübler-Ross (décédée en 2004) a été psychologue et spécialiste du comportement. C’est elle qui a présenté les étapes, ou phases du deuil (Déni, Colère, Marchandage, Dépression, Acceptation). Elle a brillé par le coté éthique qu’elle a apporté dans le cadre de l’accompagnement des personnes en fin de vie.

Ce travail de deuil est possible non seulement au niveau de la perte d’un proche, mais il est transposable dans le domaine sentimental, lors d’une rupture et dans le domaine professionnel, lorsqu’on arrive à la fin d’un contrat, ou lors d’un licenciement.

 

Pour ma part, reprenant les travaux du docteur EKR, j’aime à distinguer 7 étapes par lesquelles nous passons, afin de faire face à une situation de transition.

Ces 7 étapes sont linéaires, bien qu’il soit possible de faire des retours en arrière, afin de « tourner la page ».

J’espère que ce petit aperçu vous permettra à progresser, dans votre épreuve sentimentale, professionnelle, ou autre.


Etape 1Le Choc : C’est une phase courte. L’annonce d’une rupture, conduisant à un constat, une annonce laisse la personne sans émotion apparente. Le terme de sidération peut tout à fait convenir pour qualifier la réaction de la personne face à l'information transmise. Exemple : « Je te quitte, c’est fini, vous êtes viré ».


Etape 2Le Déni : C’est le refus de croire l'information. Sont utilisés des arguments et la contestation. Le rejet de l'information fait place à une discussion intérieure ou/et extérieure. Il ne faut cependant pas croire que la brièveté de cette phase signifie qu’elle n’est pas importante. Certaines personnes s’enferment dans cet état de déni, de refuge (préserver la chambre du disparu intacte, continuer à mettre son assiette à table (etc). Exemple : « Ce n'est pas vrai, pas possible.... ».


Etape 3La colère et le marchandage : C’est la confrontation avec les faits qui va engendrer une attitude de révolte, tournée vers soi et vers les autres. c'est aussi une phase de marchandage qui peut prendre une tournure "magico-religieuse". On promet à une "entitée invisible" de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir. Les intensités peuvent être variables, selon la maturité affective de la personne. La pensée de la personne s’alimente de fortes contradictions. Elle peut s’emporter  par ou s’enfermer dans le plus grand mutisme. Des pulsions de vengeance peuvent ainsi la pousser à avoir des comportements qu'elle ne comprend pas elle-même. En fait, la personne est confrontée à l'impossibilité d'un retour à la situation première. Elle doit faire le deuil, et passe par de nombreuses émotions : reproches, remords,  ressentiments, dégoûts, de la répulsion, séduction ou agression. Exemple : « C’est de leurs fautes, ils n’ont jamais rien fait pour moi ».


Etape 4La tristesse : C’est un état de désespérance. « Ce n’est pas juste, pourquoi elle m’a fait ça à moi, qu’est ce que je vais devenir » ?


Etape 5La résignation : C’est l'abandon de cette lutte au cours de laquelle la personne peut avoir le sentiment d'avoir tout essayé pour revenir à la situation perdue. Elle n'a aucune visibilité de ce qu'elle peut faire. Elle agit au gré des circonstances. Cette résignation peut aussi se composer de rejet. Exemple : « C'est la vie, Dieu est en contrôle ».


Etape 6L'acceptation : Dans cette étape, la personne accepte la perte (de l'être cher, de la petite amie, ou du travail). En l'acceptant, elle est capable de garder les beaux moments mais aussi les moins bons. Elle commence à avoir plus confiance en elle, se sent mieux et l'avenir ne semble pas aussi noir qu'avant. Exemple : « J'y pense encore parfois, mais je m'en sors ».


Etape 7 La reconstruction : l’acceptation seule ne suffit pas. Il faut reconstruire progressivement. La personne en deuil prend conscience qu'elle est en train de se réorganiser pour répondre aux obligations liées à toute vie en société. Se reconstruire amène à mieux se connaître, à découvrir ses ressources personnelles et à prendre conscience de son existence. Cette démarche développe la confiance en soi-même. Le sentiment de vulnérabilité fait place à une nouvelle énergie et, pour le croyant, une plus grande confiance en Dieu.

 

Nous espérons que cet article vous aura été utile d'une manière ou d'une autre.

Vous pouvez cliquer ci-dessous pour nous soutenir par un don - paiement sécurisé.

paypal-cb

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article

vanessa 08/02/2016 19:36

Voila deux mois que j'ai perdu mon papa.
Vous n'imaginez pas le regret que je peux avoir de ne pas lui avoir dit que je l'aimais, de l'avoir laisser partir en se disant que je ne l'aimais pas .
J'etais en conflit avec moi meme et de ce fait, j'ai repoussé son amour. Et pourtant, je me rends compte , beaucoup trop tard, qu'il m'aimait d'un amour inconditionnel
Je pleure tous les soirs sa perte, je voudrais tant revenir en arrière, je me deteste d'avoir ete comme ca avec lui

florence 30/03/2016 11:02

Bonjour Vanessa et Mélanie,
Tout comme Mélanie j'ai perdu mon mari en oct 2014, (46 ans), et tout comme Mélanie c'est lui qui m'a le plus insufflé de force. Dans l'indécision le matin, j'avais une idée. Je lui parle à voix haute, et à quelque part, je le perçois pas loin.. Même si parfois le doute m'assaille car il ne me répond pas assez vite. Et oui faites attention aux signes, ....il vous en fera plein. Courage à vous. Le temps nous apprend à vivre avec son absence. Pour moi je suis dans la phase d'acceptation. Mais le cheminement après le départ de l'être aimé est long...

Florence

Mélanie 26/02/2016 15:44

Vanessa,

Je n'ai pas perdu mon père mais mon mari.
Ce que je vais vous dire va vous paraitre incongru, mais mon mari est celui qui m'a le plus soutenu après son décès... Et beaucoup de veuves ont ressenti la même chose...
Ils ne sont pas si loin, parlez (tout haut) ou écrivez à votre père, vous verrez combien cela vous soulagera... Et restez ouverte aux signes qui vous arriveront (comme moi par exemple qui tombe sur votre message par hasard sur le net et qui y réponds, chose que je ne fais jamais... mais je ne sais pas, j'y suis poussée...).

Bon courage Vanessa, le chemin du deuil n'est pas facile, mais promis, le manque reste identique mais la douleur est moins vive avec le temps...

Mélanie

Jonathan 23/01/2016 20:18

Peut-on passer d'une étape à une autre et ensuite y revenir?

Laurence 18/02/2016 11:43

Il n est jamais trop tard pour quoi que se soit;votre père sait que vous l aimez;les personnes savent et ressentent ceux qu les aimes avant de quitter ce monde. ....
Malgré qu il ne soit plus dans ce monde ;il reste a côté de vous.
Je crois en un monde parallèle au nôtre ;il suffit de savoir regarder avec son coeur et de parler;pour que la lumière se fasse....
Je suis soignante;dans un service tres difficile ou nous sommes confronté a la mort;certains evenements nous depassent ;mais nous apportent sont lots de réconfort aussi.
Ayez une attitude positive ; d amour de bienveillance et le monde vous apparaîtra sous un jour différent.
Soyez confiant en l avenir.
Bien a vous
Laurence

Pasteur Christophe Deville 26/01/2016 14:14

Bonjour Jonathan. En effet, dans ce processus, il est courant de faire des "aller-retour" au sein des différentes phases. C'est un processus observé chez plusieurs personnes.

Richard 06/12/2015 14:57

Aujourd'hui je revis. Après deux ans et demi, que mon ex-épouse m'a quitté pour un autre homme. Dix neuf annnées, dont plusieurs de belle complicité. Et soudain , un coup de foudre m'a-t-elle dit. Elle n'avait rien à me reprocher. Voilà, comme cela, J'ai pû leurs pardonner, C'était quelques jours après mon anniversaire. Je ne raconte pas tout ici, mais elle était en dépression deupuis trois années et elle était suivi par un psychologue. Elle m'a dit que la psy, ne comprennait pas ce qu'elle faisait ??.Je n'étais pas loin du suicide. Cela a duré au moins un mois, mais finalement, j'ai décidé de continuer à vivre. La Communauté du Chemin-Neuf, avait annoncé une retraite cela s'appelait Cana Espérance pour les divorcés et séparés. Cela durait une semaine. Et comme lors d'une séparation, on n'a plus les mêmes revenu et beaucoup plus de dépenses. Avocat, psychologue, seul à assumer les frais de logement etc... Le Chemin Neuf suggérait un montant pour la retraite, mais que cela ne devait pas nous arrêter d'y aller. On pourrait faire un arrangement de paiement. Et j'y suis allé. Aujourd'hui je revis, je refais surface. Pour moi, grâce à mes amis, et nouveaux amis, ceux qui m'ont dit: Viens et appelle-moi n'importe quand. La nuit comme le jour. Ces personnes un voisin de 93 ans qui s'était aperçu que j'étais maintenant seul, Un couple d'ami, et je me suis remis à faire du bénévolat. Peu à peu, je eu des haut et des très bas, mais maintenant je crois que je suis encore fragile, mais je m'en sors. Je vous laisse sur cette pensée.

HIER c'est de l'histoire, demain on ne s'est de ce qu'il sera fait, AUJOURD'HUI, c'est un cadeau, c'est pourquoi on l'appelle PRÉSENT.

BON COURAGE À TOUS

Pasteur Christophe Deville 08/12/2015 02:58

Un Grand Merci pour ce témoignage !

Carte de remerciement deces 10/09/2015 02:10

Le deuil est difficile pour chacun même si certaine personnes sont plus forte que d'autre. Nous réagissons tous différemment mais au final nous sommes tous triste a un moment donné. La meilleure façon d'accepter et de pouvoir tenir le coup est d'être bien entouré et de surtout ne pas refuser l'aide que les gens nous apportent... Courage à tous

Mon deuil 31/08/2015 01:45

Bonjour à tous,
Il y a 1 an presque jour pour jour, un ami très cher s'est suicidé.. je ne sais pas quoi en penser. Pleins de questions restent sans réponses. J'ai parfois des sautes d'humeur et des crises de colere. Je fais meme des cauchemars.
Bon courage a tous.